Apprendre le Vietnamien: les pronoms personnels

Pour apprendre le Vietnamien, il faut connaitre les pronoms. La société Vietnamienne se considère comme une grande famille et l’emploi des pronoms personnels (je, tu, il… en Français) dépend de la position au sein de la famille de soi même et de son interlocuteur, c’est a dire de l’age respectif de chacun. Pour ne rien cacher, c’est un véritable casse tête pour un étranger. Par exemple on doit appeler une personne de son age ou un peu plus vieux « grande soeur » ou « grand frère » (Chi ou Anh) et se qualifier comme petit frère ou petite soeur (em).

ex:
une femme de 40 ans parlant a une femme de 30 ans
– Em Tên Là a Gì? (petite soeur s’appelle comment?)
– Em Tên Là Dung. Chi ten la gi?(petite soeur s’appelle Dung. Grande soeur s’appelle comment?)
– Chi Tên Là Ngoc.(Grande soeur s’appelle Ngoc)

Le souci est qu’une erreur de pronom personnel peut froisser l’interlocuteur. Il ne faut pas appeler son collègue « gamin » ou sa collègue « grand mère » ce n’est pas apprécie!

Les pronoms pour débuter

Alors je vous donne ma technique personnel qui marche assez bien:

  • vous dans tout les cas: Ṭ̉ôi
  • quelqu’un de beaucoup plus jeune que vous: Em (petite soeur ou petit frere)
  • un homme de votre age voir plus jeune: Anh (grand frere)
  • un homme plus âgé ou pour qui vous voulez marquer une distance: Ông (grand père)
  • une femme: Cô (mademoiselle)

Après il faut demander si l’appellation est correcte a son interlocuteur.

Pourquoi j’ajoute une nuance pour les hommes?
Si on doit faire une erreur d’appréciation sur l’age (et en général on en fait), les femmes préfèrent qu’on les rajeunissent et les hommes qu’on les vieillissent. Il vaut mieux assurer le coup en rajeunissent les femmes et vieillissant les hommes :-).

J’ai remarqué que les hommes un peu plus jeunes que moi n’aiment pas que je les appelle Em. La solution que j’ai trouvé est de les appeler par leurs noms uniquement

Vous avez apprecié cet article ? Partagez le sur les réseaux sociaux !

En cliquant sur les boutons ci-dessous, vous pouvez partager cet article sur Google +, twitter ou facebook. Merci d'avance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*